Showing: 1 - 7 of 7 RESULTS
Extraits de traductions Les feuillets volants

Équateur amer / Ecuador amargo, Jorgenrique Adoum, traduit de l’espagnol par Benjamin Aguilar-Laguierce

Équateur amer / Ecuador amargo (1949) Jorgenrique Adoum Traduction de Benjamin Aguilar-Laguierce Retour en pleuvant Regreso cuando llovía De l’eau, comme du sang, et à l’eau je viens, entrer à la terre par l’eau : par ses anges troubles renversés sur le côté, eau et averse errante, car pluie aussi quand il pleuvait, comme un miel …

Extraits de traductions

Affichage interdit, Jorgenrique Adoum – traduction de Benjamin Aguilar Laguierce

Affichage interdit Poème de Jorgenrique Adoum (Prohibido fijar carteles) Traduit de l’espagnol (Équateur) par Benjamin Aguilar Laguierce   Tu te réveilles quasicadavre quand le réveil l’exige, le jour n’attend pas, tant de contremaîtres sont là à mesurer le millimètre du centime qui se met en retard pour toi, tu bois le reste de café de …

Extraits de traductions

Prépoèmes en post-espagnol, Jorgenrique Adoum

Extrait de traduction Prépoèmes en post-espagnol (Prepoemas en postespañol) Jorgenrique Adoum Traduit de l’espagnol (Équateur) par Benjamin Aguilar Laguierce   Coïnciobéissance dans mon ignorance cyclopédique mathématique même je viens d’apprendre qu’un peut être un groupe je ne suis donc pas aussi seul que je ne le croyais je me tiens compagnie sans le savoir mais …

Extraits de traductions

Anthologie personnelle, María Aveiga del Pino

Extrait de traduction Poésie Anthologie personnelle (Antología personal) María Aveiga del Pino Traduit de l’espagnol (Équateur) par Benjamin Aguilar Laguierce   Itzamá Le temps ruisselle. Le sang pénètre lentement l’encoche d’une pierre. Chaque souvenir arraché à la nuit m’offre son visage. Puis s’éloigne. Je veux la mer, l’odeur de femme en robe légère. Midi viendra, …

Extraits de traductions

Complexe (Santiago Vizcaíno)

Extrait de traduction Complexe (Complejo) Santiago Vizcaíno Traduit de l’espagnol (Équateur) par Benjamin Aguilar Laguierce   I   moi tout ce que je voulais c’était voir la mer de malaga. je m’étais mis dans la tête cette drôle d’idée, qu’on pouvait voir l’afrique depuis là. quel imbécile ! je suis resté deux jours à madrid et …